IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les risques volcaniques

Fascination ou crainte, les volcans suscitent des sentiments passionnés et contradictoires. Une centaine d'entre eux, véritables bombes à retardement, font l'objet d'une surveillance rapprochée.

Retour à l'accueil

Des outils de diagnostic

L'histoire au service des volcanologues  |  Consulter les archives de la terre  |  Prendre le pouls des volcans  |  Observer leurs sautes d'humeur  |  L'aide précieuse des satellites  |  Reproduire les phénomènes en laboratoire

Observer leurs sautes d'humeur

Les dynamismes éruptifs sont essentiellement liés à la viscosité des magmas et à leur teneur en gaz deux paramètres qui dépendent notamment de la composition chimique, du degré de cristallisation et de la température d'émission des laves. Par l'étude de leurs propriétés physico-chimiques (pétrographie, géochimie...), il s'agit de définir les conditions prééruptives et de découvrir les mécanismes pouvant déclencher ces dynamismes. Des associations minéralogiques complexes, des déséquilibres ou de changements de la vitesse de croissance des cristaux, observés dans les laves émises successivement, donnent des informations capitales sur la vitesse de remontée du magma, l'état de la chambre magmatique, les temps de résidence du magma dans celle-ci, etc.
L'étude et la surveillance d'un volcan dépendent de la menace qu'il exerce : la proximité d'agglomérations, le souvenir d'une crise récente, voire d'une éruption aux conséquences dramatiques, sont des facteurs qui justifient la mise en place d'un observatoire. Les volcans isolés peuvent également être l'objet d'une attention particulière lorsqu'ils menacent la circulation aérienne. C'est pourquoi l'Organisation de l'aviation civile internationale coordonne un système d'alerte auquel contribuent des observatoires volcanologiques de différentes régions du monde. Cependant, si les pays riches disposent d'infrastructures performantes, il n'en va pas de même pour les pays en voie de développement. Ces derniers sont soumis aux aides extérieures, apportées dans le cadre de la coopération pour la formation de personnels et la mise en oeuvre d'équipements. Actuellement, environ 160 volcans aériens sur les quelque 600 en activité sont équipés d'observatoires de proximité avec lesquels on pratique en permanence ou de manière récurrente de nombreuses mesures.
L'étude sismologique, basée sur l'analyse des vibrations du sol dues aux mouvements du magma ou au dégazage dans les conduits et réservoirs supérieurs, est la méthode de surveillance la plus classique. Des mouvements internes du magma ou un nouvel apport de magma profond à la chambre entraînant un gonflement de l'édifice volcanique, celui-ci peut être suivi grâce à un réseau d'inclinomètres capables de détecter en surface de très faibles écarts angulaires. Des appareils, comme les distance-mètres, calculent les variations de la durée du trajet d'un rayon laser sur des réflecteurs disposés à la surface du volcan pour en contrôler les déformations.

Contact auteur : Michel LardyLiens utiles