IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les risques volcaniques

Fascination ou crainte, les volcans suscitent des sentiments passionnés et contradictoires. Une centaine d'entre eux, véritables bombes à retardement, font l'objet d'une surveillance rapprochée.

Retour à l'accueil

Les colosses d'Équateur

L'activité du volcan Cayambe  |  La double crise volcanique du Pichincha et du Tungurahua  |  La ville de Quito et le Guagua Pichincha  |  Scénario et conduite à tenir  |  La ville de Baños et le Tungurahua  |  La crise actuelle et les scénarios possibles  |  Une gestion difficile de la crise  |  Le suivi quotidien du Cotopaxi  |  Le Chimborazo, point culminant d'Équateur  |  Des avancées scientifiques significatives

Le Chimborazo, point culminant d'Équateur

Le Chimborazo est le plus haut volcan et le point culminant d'Équateur et des Andes du Nord. Ce volcan est constitué par trois édifices successifs. Les dépôts d'une très grande avalanche (étendue sur 260 km2 pour un volume de 8 km3, recouvre toute la plaine de Riobamba, capitale de province) a largement détruit l'édifice antérieur au cône actuel.
Une avancée significative a été faite par la datation vers 8 000 ans BP de l'avalanche du Chimborazo, alors que son âge était estimé à environ 35 000 ans. Cet âge remet en cause tous les concepts antérieurs sur l'évolution structurale, les débits et cycles éruptifs de l'appareil sommital, concentrés sur une période courte. En effet, d'importantes retombées de cendres et de ponces, intercalés à des dépôts de nuées ardentes montrent que l'activité récente, post avalanche du Chimborazo est constituée par des cycles explosifs : plusieurs dizaines d'événements notables. Tout ceci montre que le volcan Chimborazo est un volcan qui doit être considéré comme actif et dangereux.

Contact auteur : Claude RobinLiens utiles 
Volcans [image]