IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les risques volcaniques

Fascination ou crainte, les volcans suscitent des sentiments passionnés et contradictoires. Une centaine d'entre eux, véritables bombes à retardement, font l'objet d'une surveillance rapprochée.

Retour à l'accueil

Des risques en augmentation

Les sept risques majeurs  |  L'ONU se mobilise

Les sept risques majeurs

En termes de risques, une classification simplifiée des volcans comprend d'une part, les volcans effusifs, peu dangereux et essentiellement situés sur des points chauds et, d'autre part, les volcans explosifs, ou andésitiques dans lesquels les produits différenciés, à forte teneur en gaz sont responsables de dynamismes violents. Sept types de manifestations, liées aux éruptions volcaniques, sont recensés.
Les coulées de lave. Elles ne constituent pas de réel danger pour l'homme, mais détruisent tout sur leur passage. Les coulées de lave fluide sont caractéristiques du dynamisme hawaiien.
Les retombées de cendres et de blocs concernent plusieurs types de dynamismes éruptifs : le dynamisme strombolien se caractérise par des expulsions de fragments de lave limitées au cratère et à ses environs immédiats), le dynamisme vulcanien (fortes explosions projetant des bombes à quelques kilomètres de distance), le dynamisme phréatomagmatique (explosions dont l'intensité est augmentée par l'apport d'eau), et le dynamisme plinien : ce dernier comprend des éruptions soutenues de plusieurs heures à quelques jours capables d'émettre des km3 de cendres et blocs de ponce en produisant des panaches de plusieurs dizaines de km de hauteur.
Les écoulements pyroclastiques ou nuées ardentes sont les événements les plus soudains, violents des volcans explosifs. Lorsqu'un dôme de lave visqueuse est déstabilisé, il explose littéralement, engendrant un écoulement dense composé de cendres et blocs (dynamisme péléen). Dans d'autres cas, les nuées ardentes sont produites par des explosions verticales ; en retombant, la partie dense de la colonne éruptive produit des écoulements chauds qui dévalent les pentes du volcan (dynamisme de type St Vincent).
Les gaz, émis de façon massive, peuvent être très meurtriers (catastrophe de Nyos au Cameroun, en 1986).
Les coulées boueuses ou lahars. Pendant une éruption, ces écoulements sont formés à partir de dépôts pyroclastiques mélangés aux eaux des rivlères, d'un lac de cratère ou provenant de la fonte d'un glacier. La remobilisation des pyroclastites (cendres, dépôts de nuées ardentes...) par les eaux de pluie est aussi une source fréquente de coulées boueuses. Denses, elles arrachent tout sur leur passage (forêts, habitations...).
Les glissements de terrain affectant les pentes supérieures des cônes donnent lieu à des avalanches de débris. L'écroulement d'un secteur complet du volcan, y compris son sommet, peut se produire, laissant la place à un large amphithéâtre (éruption du Mont Saint Helens en 1980).
Les raz de marée ou tsunamis sont provoqués par l'entrée dans la mer ou dans un lac d'une grande quantité de matériel au cours d'une éruption (une avalanche de débris par exemple).

Contact auteur : Michel LardyLiens utiles 
Volcans [image]
Volcans [image]
Volcans [image]
Volcans [image]